top of page
Rechercher
  • pniek8

Plantation de châtaigniers, culture de champignons et un peu de biologie évolutive

Cet hiver je vais planter 6 châtaigniers corses greffés fournis par le Groupement Régional des Producteurs et Transformateurs de Châtaignes et Marrons de Corse. Cet automne, Tom (un étudiant de l'université de Wageningen qui m'a aidé quelques mois) et moi avons nettoyé le terrain (en me débarrassant principalement des ronces) où je veux planter les châtaigniers. C'est un terrain vallonné avec un bon sol juste en dessous de mon terrain clôturé mais le terrain est ‘envahi’ par différents arbres (comme le chêne vert, le châtaignier (mort), le noisetier, le frêne et le tilleul).

Avant l'abandon de ce terrain, il s'agissait d'une petite plantation de châtaigniers basée sur les immenses châtaigniers morts que l'on peut trouver ici. L'idée est de planter de nouveaux châtaigniers pour remplacer ceux qui sont morts. Cependant, je ne vais pas défricher la terre juste pour planter 6 jeunes châtaigniers. Au lieu de cela, je vais éclaircir cette forêt en sélectionnant soigneusement des chênes verts.

Pourquoi? Parce que vous pouvez faire pousser des champignons tels que le shiitake et le pleurote sur des bûches de chêne vert (plus de détails ci-dessous). De plus, il est préférable de planter de jeunes châtaigniers en milieu forestier plutôt qu'en coupe à blanc en raison du microclimat ; la présence de quelques grands arbres protège les jeunes plants du stress du vent et de l'insolation et améliore grandement le microclimat local.


De plus, il a été récemment découvert que différentes espèces d'arbres peuvent transférer des nutriments, de l'eau et même du carbone (énergie) entre elles via le réseau mycorhizien (qui est le vaste réseau de champignons qui vivent dans le sol). Les chercheurs ont découvert que le bouleau et le sapin douglas transportent le carbone entre eux de façon saisonnière via leurs ectomycorhizes. En hiver, lorsque les bouleaux n'ont pas de feuilles, ils reçoivent du carbone des sapins douglas et en été, surtout lorsque le sapin douglas est ombragé, il obtient du carbone des bouleaux (ou plus précisément des champignons mycorhiziens liant les deux espèces ).


Dans une autre étude, deux espèces différentes ont été plantées ensemble dans un même pot. Lorsque les chercheurs ont retiré toutes les aiguilles du semis de sapin douglas, celui-ci a envoyé des signaux de stress qui ont stimulé une forte synthèse d'enzymes défensives à son voisin. De plus, il a envoyé beaucoup d'énergie stockée (« nourriture ») à son voisin (plus d'informations ici https://blogs.scientificamerican.com/artful-amoeba/dying-trees-can-send-food-to-neighbors-of-different-species/). La question est pourquoi ? Ce faisant, le semis de sapin de douglas a considérablement réduit sa propre survie et ses chances de reproduction. Selon la biologie évolutive, ce type de « comportement » devrait donc être limité car il conduit à une remise en forme réduite. Alors, pourquoi le semis de sapin de douglas semble agir de manière altruiste ?


Nous ne savons pas avec certitude. Différentes théories existent. Il pourrait s'agir d'un flux passif de nutriments/de carbone d'une concentration élevée à une concentration faible via les champignons mycorhiziens. Une autre explication serait qu'en exportant du carbone vers son réseau racinaire, le sapin de Douglas profite aux arbres voisins qui ont une forte probabilité d'être des proches tels que la progéniture. Le fait qu'il atteigne une autre espèce et pas seulement le sapin de Douglas en premier pourrait indiquer que les arbres ne contrôlent pas mais plutôt le réseau fongique pour déterminer où va le carbone.


Une autre théorie émet l'hypothèse que le champignon agit dans son propre intérêt ; comme il est connecté à de nombreux arbres différents, il pourrait essayer d'optimiser son propre apport de carbone (via des arbres sains). Les arbres malades ont des effets délétères sur la résilience à long terme des apports de carbone du champignon et le champignon pourrait donc « décider » de soutenir des arbres sains plutôt que malades comme un investissement dans sa survie à long terme.

Beaucoup de théories, mais personne ne sait encore qui est en charge, comment cela fonctionne et plus de détails. Ce que j'aime conclure de ces études, c'est :

-ne pas déranger le sol (labour) car il rompt les réseaux mycorhiziens.

-garder toujours un maximum de plantes vivantes pour avoir un afflux continu de carbone vers le réseau mycorhizien


J'utilise au maximum cette base pour ma forêt comestible et même mon potager maraîcher sans labour.

Pour en revenir à la plantation des châtaigniers corses greffés, je pense que les vieux arbres présents sur le terrain où je vais planter les châtaigniers vont aider à établir les jeunes châtaigniers via le réseau mycorhizien. Oui, c'est vrai que ces arbres plus âgés vont créer de l'ombre qui réduit le potentiel de croissance des châtaigniers (moins de lumière, moins de photosynthèse), mais compte tenu de tous les avantages apportés par la présence de ces arbres, je les garderai jusqu'à les châtaigniers ont au moins 5 ans et ils sont bien établies.


Ensuite, à un moment donné, je commencerai à tailler les grands arbres pour fournir plus de lumière (car les châtaigniers ont besoin d'une pleine lumière à maturité pour une production de fruits élevée) aux châtaigniers.


Ensuite, concernant le projet champignon, j’ai ensemencé à peu près 40 bûches avec du mycélium de shiitake et pleurotes sur chevilles de bois qui ont besoin d'environ un an pour coloniser le bois donc le premier rendement de shiitake et pleurotes est attendu à l'été 2023.






Le processus est assez simple :

-percer des trous (environ 40-60 trous par 1 m de bûche)

-insérer les chevilles de champignon (bois inoculé avec le champignon - vous pouvez l'acheter en ligne)

-boucher les trous avec de la cire (d'abeille)

-garder les bûches dans un endroit ombragé et attendre au moins un an pour permettre au mycélium de coloniser les bûches.

J'attends la première récolte mineure de pleurotes à l'automne 2022 ou même au printemps 2023. Cela prend du temps mais les bûches continueront à produire pendant environ 5 ans.

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page