top of page
Rechercher
  • pniek8

2021: une année exceptionnellement sèche ou la nouvelle normalité ?

2021 (à ce jour) est l'une des années les plus sèches jamais enregistrées dans le nord-est de la Corse (plaine orientale + Castagniccia + Cap Corse). A Campile, nous avons eu environ 6 jours de pluie importante depuis le début de l'année… Nous avons eu un peu de pluie en hiver et au printemps mais beaucoup moins que la normale (environ 1/3 % de moins). J'ai fait un tour d'horizon des pluies enregistrées à Bastia (qui n'est pas équivalente à Campile mais à la station météo accessible au public la plus proche).


Juin-août : 35% de moins que la normale (Bastia), et 94% de moins que la normale à Ajaccio ! (3 mm en 3 mois…) https://www.meteo-paris.com/actualites/bilan-meteo-et-climatique-de-l-ete-2021-humide-mais-paradoxalement-plus-chaud-que-la-moyenne

A partir de juin, nous n'avons pratiquement pas eu de pluie depuis 3 mois hormis un gros orage (+-37 mm fin août).

En septembre nous n'avons pratiquement pas eu de pluie (seulement 4 mm de pluie (95% de déficit) enregistrés à Bastia et Ajaccio...) https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-10-01/bilan-climatique -de-septembre-2021-60981 et en octobre nous avons eu environ 71% de moins que d'habitude (données de Bastia https://www.meteo-paris.com/actualites/bilan-meteo-et-climatique-d-octobre -2021-anticyclonique-et-remarquablement-ensoleille )


Par conséquent, sur les 10 premiers mois de l'année, nous avons un déficit moyen de 44%... En supposant que nous ayons un déficit similaire à Campile, et en supposant que nous puissions travailler avec ce déficit moyen relatif pour calculer le déficit absolu (qui est en fait un peu plus compliqué) nous manquons de 330 mm donc nous n'avons eu que 420 mm cette année (ce qui est moins qu'à Tunis !).

En conséquence, la végétation naturelle autour de Campile a énormément souffert. Certains arbres qui dépendent de l'eau permanente (souterraine), tels que les aulnes, sont complètement morts à Campile et aux alentours. Même les espèces adaptées à la sécheresse telles que le chêne vert et le chêne-liège ont souffert ; à certains endroits, certains avaient perdu leurs feuilles à la fin septembre.


Un terme que j'ai appris de mon professeur de permaculture à l'Université de Wageningen est le terme « Ecoliteracy » qu'il a expliqué comme la capacité de lire un paysage. Cette année, j'ai pu tester cela en Corse et les résultats sont intrigants. La végétation sur les versants nord a relativement bien résisté à la sécheresse tandis que la végétation sur les versants sud et ouest a énormément souffert de la sécheresse. Pourquoi cet écart ? Probablement en raison de taux d'évapotranspiration différents. Les pentes nord sont les pentes les plus froides et les plus sombres tandis que les pentes sud et ouest sont les pentes les plus chaudes et les plus lumineuses (dans l'hémisphère nord). En clair, la végétation des versants nord est plus ombragée (et donc protégée contre l'évapotranspiration) que la végétation des versants sud/ouest. Je connais des coteaux plein sud près de Campile, où les arbres avaient perdu la majorité de leurs feuilles fin août ! La question que nous devons nous poser est, cette année représente-t-elle la nouvelle normalité ? Et si oui, à partir de quand ? Pourquoi? Car le changement climatique impactera fortement la Corse. Les températures continueront d'augmenter et les sécheresses deviendront de plus en plus longues.

Cependant, la Corse est bien connue pour sa grande variation interannuelle des précipitations. Il est tout à fait normal d'avoir deux années consécutives avec un déficit de précipitations d'environ 40% suivi de 3 années d'un surplus de précipitations de 30%. Les précipitations moyennes dans de nombreux villages traditionnels à 600 m d'altitude comme Campile sont d'environ 750-850 mm par an. Le problème est que les années sèches comme 2021 (seulement 420 mm sur les 10 premiers mois de l'année) donnent à la Corse une pluviométrie inférieure à Malaga, Palerme, et à peu près la même que Tunis…(je sais que novembre et décembre sont des mois humides importants en Corse donc le total annuel des précipitations sera supérieur au cumulus total à ce moment (début novembre)).


Le problème avec le changement climatique est le suivant ; même s'il ne réduit pas nécessairement les niveaux moyens de précipitations (la plupart des modèles climatiques ne prévoient pas de baisse significative des précipitations pour la Corse), le changement climatique aura un impact très fort sur la végétation de la Corse en raison des taux d'évapotranspiration plus élevés (en raison des températures plus élevées), et en raison de périodes plus longues sans pluie. Cette combinaison entraînera probablement un déclin constant des arbres à feuilles caduques (car ils ne sont pas bien adaptés aux longues périodes de sécheresse) et une migration vers des altitudes plus élevées. Les incendies se produiront plus fréquemment, et les espèces à feuilles persistantes l'emporteront principalement sur les espèces à feuilles caduques lorsqu'une nouvelle forêt essaie d'établir après un incendie.

Concernant la castanéiculture, les systèmes d'irrigation doivent être installés rapidement, notamment sur les vergers exposés au sud qui sont particulièrement vulnérables au changement climatique. Le problème est le suivant ; la plupart des châtaigneraies se trouvent dans des endroits éloignés des villages et des ruisseaux qui coulent en permanence, il est donc très difficile et dans de nombreux endroits même impossible de les irriguer… Cela signifie qu'à mon avis, l'avenir de nombreuses châtaigneraies est voué au changement climatique.

Malgré le fait que les châtaigniers peuvent assez bien résister à la sécheresse, ce ne sont pas vraiment des arbres méditerranéens (c'est pourquoi ils ne sont pas cultivés dans les plaines, mais uniquement dans les régions montagneuses avec des précipitations plus élevées, une sécheresse estivale plus courte et des températures plus basses) comme le chêne vert et le liège chêne. Parce qu'il est pratiquement impossible d'irriguer les châtaigneraies en utilisant à la fois des ruisseaux (car il n'y a pratiquement pas de ruisseaux à débit permanent dans les montagnes proches des châtaigneraies) ou des eaux villageoises, la seule solution techniquement possible est la création de bassins de rétention/rétentions collinaires qui stockent les eaux de pluie dans le saison des pluies ou qui peut être rempli d'eau de ruisseaux de montagne qui ne coulent que pendant les mois pluvieux de l'année.

Pour irriguer une châtaigneraie, il faut stocker des centaines voire des milliers de m3 par ha… donc un bassin de 25 x 20 x 2 m. Dans de nombreux vergers, cela n'est pas possible car ils sont très escarpés. Cependant, certains vergers sont situés dans des endroits peu escarpés et il est donc techniquement possible de créer des bassins de rétention. Qu'est-ce qui empêche les agriculteurs de créer ce genre d'étangs? Leur création est très consommatrice d'énergie et de temps ainsi que coûteuse et malgré leur valeur réelle élevée, les châtaignes ne font pas de leurs agriculteurs des millionnaires instantanés ;).


Concernant ma microferme à Campile, je n'ai eu aucun problème d'eau pour trois raisons principales. Premièrement, notre maire a réparé des fuites importantes en hiver afin que le hameau d'où vient mon eau (Antibia) n'ait pas eu de fuites importantes cet été. Deuxièmement, à Antibia, il n'y avait personne qui laissait ses robinets ouverts pendant les nuits de juillet et août… comme cela s'est produit dans d'autres parties de Campile malheureusement. Troisièmement, j'ai utilisé différentes techniques agroécologiques pour réduire la consommation d'eau (paillage, irrigation goutte à goutte, irrigation le soir). Au total, le hameau d'Antibia + ma ferme + les jardins voisins utilisaient environ 4 à 5 m3 d'eau par jour en été ce qui est très peu vu que nous étions nombreux en août et une (micro)ferme.

J'ai commencé à créer un bassin de rétention d'eau qui, une fois terminé, peut stocker environ 56 m3 d'eau. Cela devrait suffire à arroser la forêt comestible mais pas les légumes en été. Je veux utiliser l'eau de pluie pour remplir ce bassin en hiver.


Si Campile en tant que village veut être vraiment résistant à la sécheresse, des mesures doivent être prises à l'échelle de la communauté plutôt qu'à l'échelle du jardin. Nous devons créer de grands réservoirs qui stockent des centaines de préférence de milliers de m3 et qui peuvent être remplis par nos sources en hiver lorsque la consommation d'eau est faible et le débit de nos sources est élevé. Ces réservoirs peuvent être utilisés en juillet et août les années sèches lorsque la population du village exerce une pression énorme sur les sources à faible débit. De plus, si cette eau stockée pouvait être utilisée pour arroser nos jardins, le jardinage ne rivalise pas avec l'eau potable rare en été. Théoriquement, cela semble facile à mettre en œuvre, mais en pratique, c'est très difficile dans le contexte d'un petit village situé sur le versant d'une montagne escarpée. Où construire des réservoirs ? Sur quelle terre ? Comment financer la construction de ces réservoirs ? Comment traiter l'eau pour que sa qualité soit garantie ? De plus, on peut se demander si un projet aussi drastique est vraiment nécessaire ou non. Même cette année extrême, nous avons réussi à avoir (juste) assez d'eau, non ? C'est vrai mais les débits de nos sources vont probablement encore diminuer dans les prochaines décennies (pendant les années sèches). L'eau est la clé et comme des villages comme Campile sont confrontés à un exode rural massif depuis des décennies, c'est à mon avis l'un des problèmes les plus importants à résoudre (avec des logements alternatifs) pour attirer les (jeunes) personnes à repeupler à nouveau ces villages dépeuplés. Sans eau, aucun développement agricole (qui peut être une activité économique potentiellement importante permettant à certains jeunes de gagner leur vie) ne peut être réalisé, limitant encore plus l'attractivité des villages ruraux corses.


En conclusion, 2021 a été une année exceptionnellement sèche, mais le changement climatique augmentera la fréquence des années extrêmes, donc au lieu d'une fois tous les 10 ans (par exemple), les années extrêmement sèches pourraient se produire une fois tous les 5 ans (ou plus). C'est inquiétant car les extrêmes ont souvent plus d'impact que les moyennes (pensez aux températures minimales qui déterminent quelles plantes peuvent pousser où). La fréquence accrue des sécheresses extrêmes poussera probablement de nombreuses espèces végétales (principalement les arbres à feuilles caduques) jusqu’à et au-delà de leur limite écologique et se traduisent par une transition majeure de la végétation montagneuse de la Corse (plutôt que de la végétation côtière car cette végétation est déjà bien adaptée à la sécheresse par rapport à la végétation montagneuse qui dépend de beaucoup plus de précipitations). 2021 est-il la nouvelle normalité ? Pas encore. L'année prochaine, nous pourrions avoir une année extrêmement humide avec 1200 mm de pluie. Cela fait partie du climat de la Corse. Cependant, le fait qu'une telle sécheresse soit déjà possible en 2021 est inquiétant. Elle est le signe des transitions majeures que nous attendons en Corse ce siècle et montre que la gestion de l'eau est d'une extrême importance pour pérenniser la population et les activités agricoles de la Corse.

94 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page